Œuvres ouvertes

Le Terrier ou la construction (111)

nouvelle traduction work in progress


Peut-être est-il parmi ceux qui flânent devant la porte l’air distrait, s’assurant seulement, comme je le fais moi-même, que la porte est encore inviolée et qu’elle attend leur attaque, et qui passent leur chemin parce qu’ils savent que le maître de la maison n’est pas à l’intérieur, ou peut-être même parce qu’ils savent qu’il est là à côté, guettant innocemment dans les fourrés.


suite
texte traduit

© Franz Kafka_traduction & appareil critique par Laurent Margantin _ 11 août 2015