Œuvres ouvertes

Le Terrier ou la construction (121)

nouvelle traduction work in progress


Il ne faudrait pas grand chose pour que je me décide à m’en aller loin et reprendre la vieille et triste vie qui n’offrait aucune sécurité et était une masse inextricable de dangers empêchant de voir et de craindre chaque danger avec précision, ce que continue à m’enseigner la comparaison entre mon terrier sécurisé et la vie extérieure.


Le Terrier ou la construction (122)
texte traduit

© Franz Kafka_traduction & appareil critique par Laurent Margantin _ 17 octobre 2015