Œuvres ouvertes

Le Terrier ou la construction (124)

nouvelle traduction work in progress


Puis je finis par me dire que j’ai quand même raison et qu’il est vraiment impossible de descendre sans sacrifier ce que j’ai de plus cher, en le livrant, au moins pour un moment, à tous ceux qui sont aux alentours, sur le sol, sur les arbres et dans les airs.


Le Terrier ou la construction (125)
texte traduit

© Franz Kafka_traduction & appareil critique par Laurent Margantin _ 20 octobre 2015