Éditions Œuvres ouvertes

Le Terrier ou la construction (138)

nouvelle traduction work in progress


Mais de tels doutes ne sont même pas nécessaires, il suffit de songer aux innombrables hasards de la vie qui, pendant ou après ma descente, pourraient empêcher l’homme de confiance d’accomplir son devoir, et aux incalculables conséquences que le plus petit accident dont il serait la victime pourraient avoir pour moi.



Phrase précédente Le Terrier ou la construction (137)
Phrase suivante Le Terrier ou la construction (139)
texte traduit

© Franz Kafka_traduction & appareil critique par Laurent Margantin _ 3 novembre 2015

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)