Œuvres ouvertes

Le Terrier ou la construction (146)

nouvelle traduction work in progress


Et c’est ainsi que je me perds dans des considérations techniques et que je recommence à rêver mon rêve d’un terrier absolument parfait, ça me calme un peu, ravi je vois les yeux clos de claires et de moins claires possibilités de construction grâce auxquelles je pourrais me faufiler à l’intérieur et à l’extérieur sans être vu.


Phrase précédente Le Terrier ou la construction (145)
texte traduit

© Franz Kafka_traduction & appareil critique par Laurent Margantin _ 11 novembre 2015