Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

Les Géographes (45)

...

Pierre-François Bernier


Souvent, de grandes pluies poussées par des vents violents s’abattaient sur notre navire. Alors il fallait fermer toutes les ouvertures, panneaux, croisées, sabords, et se tenir dans l’entrepont hermétiquement clos, serrés les uns contre les autres dans l’obscurité.
L’air qu’on y respirait était infect. Et comme nous étions plusieurs à souffrir à nouveau du mal de mer, la puanteur devenait plus forte heure après heure. Ainsi enfermés dans le noir, on se taisait, on songeait au pays et aux êtres abandonnés, on se noyait dans sa propre tristesse.
Bory était assis à côté de moi, et comme il ne pouvait écrire, il parlait à voix basse, comme s’il se répétait à lui-même les notes qu’il lui faudrait prendre une fois la mer calmée. Je l’entendais évoquer des mollusques au corps cylindrique et vide, des points lumineux jaillissant d’un peu partout dans l’océan lugubre. Il faisait une longue liste des animaux phosphorescents vivant au fond de la mer. Les mots méduses, béroé ou biphores revenaient sans cesse dans sa bouche, ainsi que plusieurs noms savants en latin qui brillaient comme des énigmes inquiétantes au cœur de la nuit.
Je me souviens aussi du son de sa voix, plus rauque, quand il échafaudait une hypothèse concernant la phosphorescence de l’Océan, observable dès que le jour disparaissait. C’était selon lui le phosphore provenant des êtres putréfiés qui en était la cause, et je vois encore sa main bouger dans l’ombre de l’entrepont tandis qu’il parlait de l’eau de mer grasse et onctueuse, lourde de tous ces morts éclairant les abîmes, je vois encore sa main plonger dans cette eau avec délice, pressée d’attraper quelque cadavre luminescent.



Page suivante Les Géographes (46)
Lire depuis le début
Lire la présentation
Le sommaire
L’auteur

© Pierre-François Bernier_Les Géographes _ 3 décembre 2015

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)