Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

Les Géographes (48)

...

André Michaux


Après s’être beaucoup plaint de l’agitation et du bruit qui régnaient sur le pont, cet idiot de Garnier avait cru trouver l’endroit idéal pour peindre. Il s’était installé dans la Bouteille de bâbord qui servait de latrines aux officiers. Là, il avait disposé quelques-uns de ses pantins qu’il avait vêtus d’uniformes de la Marine, car personne à bord n’avait voulu lui servir de modèle.
Que cherchait-il à peindre exactement ? Habitué aux scènes d’intérieur, aux portraits de la noblesse, peut-être avait-il en tête quelque tableau célébrant les officiers de l’expédition, même si l’endroit ne convenait guère.
Nous nous penchions vers lui de temps à autre pour voir ce qu’il fabriquait, jusqu’au moment où nous vîmes une lame le couvrir de la tête aux pieds et emporter sa toile, ses pinceaux, sa palette et ses pantins. Quand l’eau se fut retirée de la Bouteille, il parut extrêmement surpris d’être encore à bord, car il avait bien cru que la vague l’avait emporté au milieu de la mer. Plusieurs d’entre nous hurlèrent de rire et racontèrent la scène à tous ceux qui n’y avaient pas assisté. Cette histoire eut un grand succès, et ce fut la dernière fois que nous vîmes Garnier affairé devant une toile, comme si la perte de ses pantins l’avait dégoûté à jamais de la peinture.



Page suivante Les Géographes (49)
Lire depuis le début
Lire la présentation
Le sommaire
L’auteur

© André Michaux_Les Géographes _ 9 décembre 2015

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)