Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

Les Géographes (51)

...

Pierre Guillaume Gicquel des Touches


Chaleur de plus en plus insoutenable. Ennui à bord alors que nous sommes coincés depuis des jours dans une zone calme.
Chiens qui courent sur le bateau et pissent régulièrement sur le gaillard, le plus souvent sur les glènes de cordage. Odeur insupportable. Que ne les fout-on pas à la mer ? Les requins s’en régaleraient. Mais il en resterait toujours un.
Arrogance de Baudin, se renforçant avec la chaleur. Ses sarcasmes toujours plus fréquents. Il semble discuter calmement avec nous, et tout à coup, sans qu’on sache pourquoi, raille l’un d’entre nous, souvent le plus jeune et le plus inexpérimenté.
Les repas avec lui sont devenus des moments insupportables, surtout depuis nos protestations concernant la mauvaise qualité de la nourriture. Il ne cesse d’humilier les savants avec le récit de son expédition aux Antilles où s’est, comme il dit, « passé de la Science » (ce dernier mot prononcé avec dédain).
Ecrit des lettres pour se plaindre de nous auprès du ministre au lieu de s’adresser aux principaux intéressés. Sa lâcheté.
J’essaye de ne pas penser à Baudin, mais c’est impossible à bord de cette corvette, il est toujours présent, on ne peut lui échapper.
La haine de Baudin réunit désormais quasiment tout le monde à bord.

(Notes prises au cours de la traversée vers l’île de France)



Page suivante Les Géographes (52)
Lire depuis le début
Lire la présentation
Le sommaire
L’auteur

© Pierre Guillaume Gicquel des Touches_Les Géographes _ 14 décembre 2015

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)