Œuvres ouvertes

Journal de Kafka (IV, 8) : Rien d’autre que ma voix

quatrième cahier nouvelle traduction


Comme je lisais dernièrement à mes sœurs l’autobiographie de Mörike, j’avais déjà bien commencé mais encore mieux poursuivi, enfin les bouts des doigts réunis je surmontai des obstacles intérieurs avec ma voix continuellement tranquille, lui procurant une perspective qui s’élargissait toujours plus, obligeant toute la pièce autour de moi à n’accueillir rien d’autre que ma voix. Jusqu’à ce que sonnent mes parents qui rentraient du magasin.



- Eduard Mörike, écrivain romantique allemand (1804-1875).

Page suivante Journal de Kafka (IV, 9) : Le poids des poings
Sommaire

© Franz Kafka_traduction & appareil critique par Laurent Margantin _ 31 janvier 2016