Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

Jean Vilar (21)

...

T’étais assis sur le siège d’à côté dans le bus, tu parlais jamais regardais dehors, nous on te parlait des parpaings, des maîtres d’avant et du premier couloir mais t’avais pas l’air d’écouter, on voyait même pas ton visage juste parfois un reflet dans le gris du dehors mais c’était un reflet trop rapide pour pouvoir reconnaître un visage, pour nous t’avais pas de visage, on avait beau regarder les reflets dans la vitre non t’avais pas de visage. Tu t’appelais comment on savait pas, alors entre nous on disait : l’inconnu. Tu sais, l’inconnu, on disait entre nous, l’inconnu du siège d’à côté, celui qui parlait jamais et faisait que regarder dehors quand le bus roulait, celui qu’avait pas de visage dans le reflet de la vitre, celui qui descendait en silence dans la zone des herbes sales et puis remontait quand le chauffeur nous appelait, plus muet que jamais, la tête toujours sans visage comme s’il avait promené avec lui son reflet dans la vitre. Qu’est-ce que tu faisais toutes ces heures dans les herbes sales, on en savait rien, tu disparaissais, comme ça d’un coup sans rien nous dire, te plaignant pas de devoir descendre encore une fois au milieu des herbes sales sans aller à Jean Vilar où on se disait que t’étais quand même pressé d’arriver, alors que nous on s’en foutait maintenant de Jean Vilar et de notre prochain couloir. T’avais pas été dans le premier couloir, on t’avait jamais vu avant, c’est pour ça qu’on avait pas pu te trouver un autre nom, l’inconnu, on savait pas pourquoi t’était arrivé au Bois noirs, on savait même pas qu’on pouvait arriver un jour au Bois noirs, nous on y avait toujours été, arriver au Bois noirs on se disait que ça devait faire un choc, surtout sans avoir jamais connu le premier couloir, on se demandait d’ailleurs quel couloir t’avais connu toi avant de venir aux Bois noirs, mais jamais t’en parlais, tu parlais jamais l’inconnu, ni de ça ni d’autre chose, ni dans le bus ni descendu dans les herbes sales, t’avais pas de visage dans le reflet de la vitre mais ç’avait pas l’air de te troubler, tu préférais disparaître.

© l_m _ 4 février 2016

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)