Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

Journal de Kafka (IV, 20) : Avec une tête plus libre

quatrième cahier nouvelle traduction


Si l’on se tient immobile au-dessus d’un livre de lettres ou de mémoires, de n’importe quel homme cette fois de Karl Stauffer-Bern, si on ne l’intègre pas en soi par ses propres forces, car cela demande déjà de l’art et l’art atteint le bonheur par lui-même, mais que, s’abandonnant – pour qui n’oppose pas de résistance, cela se produit bien vite – on se laisse entraîner par cet être étranger concentré sur lui-même au point de devenir l’un de ses parents, alors il n’y a plus rien d’exceptionnel à ce que, ramené à soi quand on referme le livre, on se sente mieux, après cette excursion et ce moment de détente, dans son propre être nouvellement reconnu, nouvellement secoué, considéré de loin pendant un instant, et qu’on reste avec une tête plus libre.




- Karl Stauffer-Bern, peintre, graveur et sculpteur suisse. Il est né le 2 septembre 1857 à Trubschachen et s’est suicidé à Florence le 24 janvier 1891. Kafka lisait le livre d’Otto Brahms, Karl Stauffer-Bern / Sein Leben / Seine Briefe / Seine Gedichte paru en 1892.

Sommaire



On peut soutenir le projet Kafkaweb (première édition critique en ligne du Journal de Kafka) en faisant un don, d’un montant même symbolique. Présentation du projet ici.

© Franz Kafka_traduction & appareil critique par Laurent Margantin _ 20 février 2016

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)