Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/oeuvreso/www/config/ecran_securite.php on line 283
Oeuvres Ouvertes : Journal de Kafka (IV, 24) : Mon froid malaise

Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

Journal de Kafka (IV, 24) : Mon froid malaise

quatrième cahier nouvelle traduction


Biberpelz. Pièce pleine de lacunes, qui tire en longueur sans gradation. Mauvaises scènes du chef de bureau. Jeu délicat de la Lehmann du théâtre Lessing. Sa robe lui rentre entre les cuisses quand elle se baisse. Le regard pensif qu’ont les gens du peuple, elle lève les deux paumes qu’elle place l’une en dessous de l’autre à gauche de son visage, comme pour affaiblir délibérément le pouvoir de la voix qui nie ou proteste. Jeu embarrassé et grossier des autres. Les impertinences du comique à l’égard de la pièce (tire son vieux sabre, se trompe de chapeaux). Mon froid malaise. Suis rentré à la maison, mais assis là-bas j’avais pensé déjà avec admiration au fait que tous ces gens s’infligent autant d’agitation pour un soir (on crie, vole, on est volé, importuné, applaudi, négligé) et que, si on ne regarde cette pièce qu’en clignant des yeux, tant de voix humaines et de cris désordonnés sont jetés là pêle-mêle. Belles filles. L’une au visage lisse, des surfaces de peau unies, des joues rondes, des cheveux dont les racines sont placées haut sur le front, et dans tout ce lisse des yeux un peu gonflés. – Beaux passages de la pièce où la Wulffen se montre en même temps comme une voleuse et comme une amie sincère des hommes intelligents, progressistes et démocrates. Un Wehrhahn qui serait spectateur devrait vraiment se sentir confirmé. – Triste parallélisme du 4ème acte. Dans le premier acte, on vole, dans le 2ème se tient le tribunal, comme dans le 3ème et le 4ème.




- Der Biberpelz, pièce de Gerhard Hauptmann. Else Lehmann, actrice allemande (1866-1940) jouait le rôle de la mère Wolffen (orthographié Wulffen par Kafka). La deuxième et dernière représentation eut lieu le 12 décembre 1911 au Nouveau Théâtre allemand de Prague.

En supplément cette vidéo composée pendant que je travaillais à la traduction de ce passage du Journal.

Sommaire



On peut soutenir le projet Kafkaweb (première édition critique en ligne du Journal de Kafka) en faisant un don, d’un montant même symbolique. Présentation du projet ici.

© Franz Kafka_traduction & appareil critique par Laurent Margantin _ 6 mars 2016

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)