Éditions Œuvres ouvertes

Jean Vilar (30)

...

Charlie c’est le cinquième jour et déjà tu chantes à peine tu tends pas tout ton corps vers le plafond pendant les exercices de bétonnage, bref tu bétonnes pas vraiment. La brute qui lit le journal assis à son bureau entre chaque exercice le sait et y a une ambiance lourde dans la pièce, tout le monde se dit que ça va péter. Pour le moment il te laisse dans ton coin en train de dessiner ta mèche de cheveux couvrant tout ton visage brun et tes lunettes, il a son journal à lire et il veut qu’on lui foute la paix, mais il arrête pas de t’observer se tripote nerveusement la moustache du pouce et de l’index, mauvais signe. On entend souvent murmuré va y avoir du sang, c’est une voix qui parle en nous et qu’on peut pas retenir. Mais toi Charlie t’as pas l’air inquiet tu t’occupes pas du maître d’avant, tu bouges juste le bras pour prendre un crayon t’es concentré sur ton dessin toujours le même ou un autre ? Tu les caches où tous tes dessins et dis tu dessines quoi ? Je te pose la question et tu réponds pas, c’est le cinquième jour que tu réponds pas, ça me rend triste.

© l_m _ 5 avril 2016

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)