Éditions Œuvres ouvertes

Jean Vilar (39)

...

Combien de temps on t’avait écouté Tête chauve on savait pas. A vrai dire personne nous attendait aux pavillons morts et quand on passait devant on voyait juste des silhouettes glisser devant des fenêtres éclairées par la lumière verdâtre des écrans. Le ciel gris avait noirci sans qu’on s’en rende compte. On savait pas quelle fenêtre était la nôtre vu que les silhouettes étaient partout les mêmes et la lumière partout verdâtre. Alors on entrait dans un pavillon mort au hasard et on errait dans les pièces sans croiser personne. Dans une pièce un peu plus grande les silhouettes étaient assises dans un coin que la lumière verdâtre atteignait pas. C’était qui, eux ? Sans rien dire, on montait à l’étage et on cherchait une pièce où un lit était libre. On s’y couchait épuisés par la journée à rien faire à part rôder au milieu des herbes sales. Est-ce qu’on irait encore à Jean Vilar et est-ce qu’on allait nous ouvrir enfin là-bas ? On se posait même plus la question mais endormis on rêvait quand même du prochain couloir plus long plus sombre plus menaçant que le premier couloir.

© l_m _ 21 avril 2016

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)