Œuvres ouvertes

Jean Vilar (41)

...

Le Sac t’étais resté devant le portail de Jean Vilar au cas où. On t’avait confié toutes nos affaires on savait même pas quoi. Soudain là dans le pavillon mort on trouvait une fenêtre qui donnait sur la rue et on te voyait petite silhouette noire dans du noir comment c’était possible. Normalement on aurait pas dû te voir noir sur noir mais ton noir à toi ressortait dans la nuit c’était étrange. Tu bougeais pas tu nous attendais ou t’attendais qu’on ouvre le portail mais pourquoi en pleine nuit qui allait venir. Un peu plus loin dans la rue on les voyait à cause de la lumière du seul lampadaire y avait d’autres silhouettes celles des vieux qui portaient des fleurs au cimetière. Mais là aussi pourquoi en pleine nuit et pourquoi le cimetière était ouvert en pleine nuit. C’était toujours le même rêve avec toi le Sac devant le portail de Jean Vilar où t’étais resté on te voyait mais tu nous parlais pas t’étais juste une silhouette immobile dans la rue morte et pas sûr que tu nous aurais répondu si on t’avait appelé.

© l_m _ 1er mai 2016

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)