Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

Jean Vilar (42)

...

Le Sac dans la nuit tu le voyais comme moi les Narines. Et toi aussi le Sac debout devant le portail tu le voyais comme moi Tête chauve. On était entré chacun dans notre pavillon mort au hasard, on avait cherché une chambre au lit vide où on avait dormi quelques heures et puis on avait regardé par une fenêtre et on t’avait vu dans un rêve. Le Sac dans la nuit debout devant le portail de Jean Vilar. Est-ce qu’on t’avait oublié là ou bien t’avais voulu rester on savait pas on arrivait pas à se souvenir. On se souvenait juste de toi comme nous des Bois noirs et du premier couloir mais de rien d’autre. Et puis qu’est-ce que faisait le portail de Jean Vilar devant chacune de nos fenêtres tu savais pas non plus Tête chauve toi qui causais de tout. Comment c’était possible à part qu’on rêvait tous connectés les uns avec les autres donc devant une seule fenêtre. Y avait même le cimetière avec les vieux qui entraient comme le premier jour qu’on était allés à Jean Vilar et qu’on avait attendu un jour entier sans qu’on nous ouvre. Le Sac t’étais resté et tu guettais mais dans l’autre sens pas vers le portail mais vers la rue. Une ombre apparaissait au bout de la rue mais comment sortir de nos pavillons morts qu’avaient plus qu’une seule fenêtre celle du rêve toutes les portes avaient disparu on était enfermés dans notre rêve sans pouvoir sortir, l’ombre s’approchait grandissait, toi le Sac tu semblais l’attendre.

© l_m _ 18 mai 2016

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)