Éditions Œuvres ouvertes

Le Terrier ou la construction (168)

...


Rien ne me dérange, personne ne m’a suivi, au-dessus de la mousse on dirait que c’est calme, au moins jusqu’à maintenant, et même si ce n’était pas calme, je crois que maintenant je ne pourrais pas m’attarder à des observations, j’ai changé de lieu, du monde supérieur je suis revenu dans mon terrier et j’en ressens l’effet aussitôt.


texte traduit

© Franz Kafka_traduction & appareil critique par Laurent Margantin _ 16 août 2016

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)