Œuvres ouvertes

Le Terrier ou la construction (173)

...


Mais le transport réussit, j’en viens à bout en un temps pas trop long, le labyrinthe est traversé, je suis dans une galerie toute droite où je reprends ma respiration, pousse le butin à travers une galerie de communication jusqu’à une galerie principale spécialement prévue pour de telles situations et qui descend en pente rapide vers la place forte.


texte traduit

© Franz Kafka_traduction & appareil critique par Laurent Margantin _ 21 août 2016