Œuvres ouvertes

Le Terrier ou la construction (185)

...


Et par son mutisme et son vide, le terrier me salue aussi et confirme ce que je dis.


texte traduit

© Franz Kafka_traduction & appareil critique par Laurent Margantin _ 2 septembre 2016