Œuvres ouvertes

Nathanaël Gobenceaux | Erreur ! (1)

divagations pseudo-littéraires
d’Olivier Cadiot à Michelangelo

Via
Rabelais – Rouaud – Loran Bart – Balzac Butor – Gracq – Perec – Dante


Tu penses toujours que tout le monde
s’intéresse à ce que tu vas dire.

Erreur.

(Olivier Cadiot, Fairy queen)


L

I

R

E



Gargantua est une histoire populaire bretonne –avec Merlin, le roi Arthur et l’Angleterre– que Rabelais adapte en chinonais. Forcément en chinonais c’est moins aéré. L’été y est plus lourd, encore que sur sa colline, une brise puisse ébouriffer Gargantua : du peigne Almain au peigne Alvent.


I

N

S

P

I

R

A

T

I

O

N


Certes tu n’as rien à dire de particulier et tout le monde s’en fout. Ça te fait penser à cette maxime : Toutes choses sont dites déjà ; mais comme personne n’écoute, il faut toujours recommencer (Gide). L’esprit d’escalier préside ! Il y a des relations entre les idées que personne ne peut comprendre, à part toi et ton esprit d’escalier. Tendance celui de Chambord, à double révolution, ton esprit, les idées ne s’y croisent pas toujours.


A

U

T

O

-

F

I

C

T

I

O

N


Certes tu n’as rien à dire de particulier et tout le monde s’en fout. Rappelle-toi Jean Rouaud qui raconte peu ou prou qu’au moment où il a voulu écrire il lui a fallu choisir entre inventer ou raconter sa vie. Comme il n’a pas d’imagination, dit-il, il a choisi de raconter sa vie, celle de sa famille. Pour lui ça a marché, les lecteurs l’ont suivi.


E

R

R

E

U

R

 !






Bio-biblio de l’auteur


Présentation du projet de résidence d’écriture numérique

© Nathanaël Gobenceaux _ 1er octobre 2016