Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/oeuvreso/www/config/ecran_securite.php on line 283
Oeuvres Ouvertes : Alep

Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

Alep

...

Je pars travailler sans savoir
si je rentrerai vivant ce soir. –
Arrivé à l’hôpital, je nettoie
les chambres d’opération et le matériel. –
Les avions de la mort passent
au-dessus de nos têtes. –
Nous n’avons pas pu
fermer l’œil de la nuit. –
Les bombardements ont commencé
vers trois heures du matin. –
Vers cinq heures, une roquette
s’est abattue sur l’immeuble où j’habite. –
Les deux derniers étages
se sont effondrés. –
Je savais qu’un jour ça arriverait,
que ce serait notre tour. –
J’ai emmené ma famille se réfugier
dans le centre médical où j’officie. –
Je me suis réveillé ce matin
en sursaut, sur le coup de 8 h 30. –
Un missile était tombé sur mon quartier
et je suis sorti pour prendre des photos. –
Plus tard dans la journée,
les avions ont cessé leurs raids. –
Au quartier Maadi, des secouristes
tentaient d’extraire des corps des décombres. –
Depuis que mon père est tombé en juillet,
je suis devenu responsable de la famille. –
Mon voisin me raconte pour la trentième fois
qu’il aurait dû partir en Allemagne. –
Quand je croise les enfants du quartier,
ils m’indiquent des corps en décomposition. –
Partout il y a des cratères remplis d’eau
provoqués par les bombes du matin. –
Le sol tremble sous nos pieds,
nous essayons de nous cacher. –
Les ambulances et les voitures de civils
commencent à affluer. –
On dépose des femmes et des enfants
dans leurs pyjamas tachés de sang. –
On nous amène aussi des moitiés de corps,
des membres déchiquetés. –
Je n’ai pas fermé l’œil
Jusqu’à quatre heures du matin. –
Ma rue est jonchée de bombes à sous-munition
qui n’ont pas explosé. –
J’ai vu un voisin marcher sur l’une d’entre elles,
elle a explosé et l’a déchiqueté. –
Dans le quartier Bab Al-Nairab,
une enfant de cinq ans a été extirpée du sol. –
Le raid qui a frappé sa maison a tué son père,
sa mère ainsi que ses trois sœurs et frères.
Quand elles explosent, les bombes
font l’effet d’un tremblement de terre. –
Les bombes s’enfoncent dans le sol et détruisent tout,
faisant jaillir de l’eau de la terre. –
Les missiles sont capables de détruire
des immeubles de six étages. –
Il n’y a plus d’électricité,
il n’y a plus assez de nourriture. –
Les avions passent toujours au-dessus de nous,
j’éteins la lumière de mon portable. –
Quand la situation se calme,
on part manger à tour de rôle. –
On nous donne un verre de thé,
Du pain avec un peu d’huile et du thym. –
Nous travaillons le ventre vide,
parfois quatorze heures d’affilée. –
Dans l’après-midi, nous avons regagné
un immeuble à l’abandon, dans notre rue. –
Un appartement vide,
sans électricité ni eau, bien entendu. –
Les étals des marchés sont vides,
donc impossible de trouver de quoi manger. –
Un père porte un corps dans un drap,
celui de son enfant, la tête écrasée. –
Même le four voisin a été visé
et sept personnes sont mortes. –
J’ignore si je pourrai dormir,
car qui sait ce qui peut se passer. –
Ma mère m’appelle cinq fois par jour
pour s’assurer que je suis vivant. –
Dans mes cauchemars,
je me vois souvent blessé ou tué. –
Mes nuits sont ponctuées de réveils en sursaut
à cause des avions qui me hantent. –
La plupart du temps, nous devons amputer les blessés,
faute de poches de sang et de perfusion. –
Des hommes jeunes meurent,
allongés à même le sol. –
Demain matin, j’irai au travail,
car on a besoin de moi. –


Mise en ligne le 1er octobre 2016

La guerre et l’exil_sommaire

© Laurent Margantin _ 30 novembre 2016

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)