Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

Nathanaël Gobenceaux | Erreur ! (5)

...



R

E

T

O

U

R


L

I

T

T

O

R

A

L



Les pieds dans le varech, l’esprit en balade . Tu penses que c’est la meilleure phrase que tu aies écrite. La bonne intuition métaphorique de la vie : les pieds dans la fange on a l’imagination pour compenser.


D

U


C

O

Q


À


L’


Â

N

E



(cf Rabelais & Gargantua). Le paysage prend la forme que ton regard lui donne. Ce texte prend la forme de ton esprit. Un coq à l’âne relatif, car même si cela ne paraît pas évident il y a un lien (que le lecteur se rassure sur la santé mentale du lanceur de mot) — certes parfois plus que ténu — qui relie ces paragraphes. Mobile (si ce titre n’était pas déjà pris !) de rectangles de textes.


B

U

T

O

R


Un jour, le boulot de parler de Balzac à lo/angueur de journée, tu en a marre de parler de Balzac, tu veux passer à Butor (sorte de Balzac contemporain mais -adieu robe de bure, nous sommes d’une autre époque- en salopette) ; mais niet qu’on te dit, les gens veulent du Balzac tu sers du Balzac. Oké oké no problem. « Bonjour à tous et bienvenue au Musée Balzac de Saché. Nous allons passer environ une heure à découvrir ou redécouvrir la vie d’Honoré de Balzac, son œuvre, ce lieu ainsi que certaines relations qui ont pu s’établir entre ces trois composantes. […] Ces modifications architecturales successives ont amené l’écrivain à dire affectueusement de ce château : Saché est un débris de château sur l’Indre, dans une des plus délicieuses vallées de Touraine. Le propriétaire, homme de 55 ans, m’a fait jadis sauter sur ses genoux, il a une femme intolérante et dévote, bossue, peu spirituelle, je vais là pour lui, puis j’y suis libre […] (Lettre à Mme Hanska, mars 1833). Balzac vient au final 7 fois ici à Saché, ce qui représente environ 6 à 7 mois de présence dans ce château, la totalité de ses séjours mis bout-à-bout. Ils se déroulent principalement entre 1825 et 1848. Les plus longs séjours peuvent durer jusqu’à 2 mois, mais parfois il ne fait que de brefs passages. […] Cette chambre a d’ailleurs connu la postérité du vivant même de l’auteur ; c’est ce qu’il évoque dans une de ses lettres : […] ma chambre que les curieux viennent déjà voir ici par curiosité donne sur des bois deux ou trois fois centenaires […] écrit-il en 1837. »


B

A

L

Z

A

C






Bio-biblio de l’auteur


Présentation du projet de résidence d’écriture numérique

© Nathanaël Gobenceaux _ 29 octobre 2016

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)