Œuvres ouvertes

Le Terrier ou la construction (254)

...


Cette décision me fait du bien, tout ce que j’ai fait jusqu’à maintenant me paraît avoir été précipité, dans l’excitation du retour, pas encore libéré des soucis du monde d’en haut, pas encore entièrement replongé dans la paix du terrier, devenu hypersensible d’avoir dû m’en passer si longtemps, j’ai perdu complètement la tête à cause d’une apparition supposément étrange.


texte traduit

© Franz Kafka_traduction & appareil critique par Laurent Margantin _ 10 novembre 2016