Œuvres ouvertes

Le Terrier ou la construction (265)

...


Mais cette fois j’ai du mal, je suis trop distrait, en plein travail je presse constamment l’oreille contre la paroi et j’écoute, et je lâche avec indifférence la terre que je viens de prendre et la voilà qui dévale à nouveau dans la galerie.


texte traduit

© Franz Kafka_traduction & appareil critique par Laurent Margantin _ 21 novembre 2016