Œuvres ouvertes

Le Terrier ou la construction (296)

...


Ça devient plus fort, ça se rapproche, je rampe comme un serpent à travers le labyrinthe et me poste ici, en haut sous la mousse, c’est presque comme si j’abandonnais déjà la maison au chuinteur, content d’avoir juste un peu de paix ici en haut.


texte traduit

© Franz Kafka_traduction & appareil critique par Laurent Margantin _ 22 décembre 2016