Œuvres ouvertes

La Main de sable : librairie

Une présence entêtante

C’était une épave échouée en plein cœur du village. La devanture en bois usée par le temps, les lettres de l’enseigne à demi effacées, des rideaux beiges délavés, les vitres sombres. L’impression était sinistre. Quels livres avait-on pu vendre entre ces murs fragiles, exposés au vent et aux intempéries ? Des années, longtemps, elle captiva l’attention de l’adolescent avide de livres qui hantait cette rue. Elle était bien comme un phare abandonné, comme une sentinelle morte debout et dont ne restait que le squelette.

Cela avait commencé par les livres, puis ce furent les médicaments, les produits électroménagers, les outils de jardinage. Seuls le pain et la viande avaient tenu le coup. Une malédiction devait peser sur ce village, c’est ce qu’on se dit le jour où le dernier hôtel brûla.

© Laurent Margantin _ 17 avril 2010

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)