Œuvres ouvertes

Insulaires : Mais comment quitter l’île ?

Pas d’avion pour la métropole aujourd’hui à la Réunion, milliers de personnes assemblées aux terrasses des restaurants qui se demandent quand elles vont pouvoir quitter l’île : on se croirait dans Insulaires.

Les rumeurs de décadence qui parvenaient jusqu’ à l’île bouleversaient les esprits. On envisageait les pires développements, craignant de se voir à nouveau coupé du reste du monde. La liaison aérienne fragile qui rattachait les insulaires au continent pouvait-elle disparaître ? On levait les yeux vers le ciel à la recherche de quelque avion, et quand l’attente durait, une sourde angoisse se diffusait dans la foule.

S’inspirant d’anciens récits empruntés dans les bibliothèques, on se mit en quête d’épaves de navire qu’on pourrait remettre à flot pour rejoindre régulièrement les terres éloignées. Les plus résolus proposaient de quitter l’île une bonne fois pour toutes, comme il aurait fallu le faire il y avait longtemps. Les signes annonciateurs du déclin ne s’étaient-ils pas multipliés ces dernières années ? Sans travail ni subsides du continent, l’exode semblait à quelques-uns la seule solution. On les pendit dans la bonne humeur, et on pensa à autre chose.

Insulaires est à lire sur Publie.net

© Laurent Margantin _ 18 avril 2010

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)