Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/oeuvreso/www/config/ecran_securite.php on line 283
Oeuvres Ouvertes : Journal de Kafka (IV,53) : Discussion douloureuse avec Weltsch avant-hier soir

Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

Journal de Kafka (IV,53) : Discussion douloureuse avec Weltsch avant-hier soir

...


Discussion douloureuse avec Weltsch avant-hier soir. Pendant une heure, mes regards effrayés n’ont cessé de passer sur son visage et son cou. A un moment, alors que mon visage était décomposé par l’énervement la faiblesse et l’absence de toute pensée, je ne savais pas de manière certaine si je sortirai de la pièce sans que notre amitié fût durablement blessée. Dehors, par un temps pluvieux convenant parfaitement pour la marche silencieuse, j’ai respiré profondément, puis, rasséréné, j’ai attendu M. pendant une heure devant « l’Orient ». Attendre ainsi en posant de lents regards sur l’horloge dans un va-et-vient indifférent m’est presque aussi agréable que de rester couché sur le canapé les jambes étendues et les mains dans les poches. (Puis dans le demi-sommeil, on croit que les mains ne sont plus du tout dans les poches du pantalon, elles semblent posées comme des poings sur le haut des cuisses)



- Felix Weltsch (1884-1964), ami d’enfance de Max Brod. Son père était un marchand de tissus assez prospère et, comme sa femme, féru de musique. Tous deux voyaient d’un bon œil les amitiés littéraires et artistiques de leur fils, et l’avaient autorisé à inviter ses amis chaque dimanche au domicile familial. C’est dans ce cadre-là que Kafka a fait la connaissance de Weltsch, par l’entremise de Brod, au printemps 1903. Tous les trois étaient encore étudiants. Weltsch était passionné de philosophie et, à la différence de ses deux amis, n’avait pas d’ambition littéraire. Reiner Stach, le biographe de Kafka, raconte que, dès leur première rencontre, il avait été question de la Lettre de lord Chandos d’Hugo von Hofmannsthal qui venait d’être publiée dans un journal berlinois. Kafka se retrouvait dans cette mise en cause radicale du langage, contrairement à Weltsch pour lequel il n’y avait pas de vérité philosophique sans confiance dans le langage. La scène évoquée ici se passe des années plus tard, en décembre 1911, et on ignore si la "discussion douloureuse" tournait autour de questions philosophiques ou personnelles.

- M. : il s’agit de Max Brod.

- "L’Orient" : il s’agit d’un café dans la Hibernergasse

Sommaire

© Franz Kafka_traduction & appareil critique par Laurent Margantin _ 7 avril 2017

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)