Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/oeuvreso/www/config/ecran_securite.php on line 283
Oeuvres Ouvertes : Interrogatoires de Barbès suite à l'insurrection des 12 et 13 mai 1839

Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

Interrogatoires de Barbès suite à l’insurrection des 12 et 13 mai 1839

...

BARRÈS (Armand), dit Durocher, sans profession, ägé de 29 ans, né à la Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), domicilié à Fourton, près Carcassonne (Aude).

Premier interrogatoire, subi le 13 mai 1839, devant M. Jourdain, juge d’instruction.

Enquis de donner ses nom et prénoms, l’inculpé a dit : On me connaît bien ; vous comprenez qu’entre vous et moi ce serait une mauvaise comédie ; on sait bien ce que je veux : je dois être résigné aux conséquences de ce que j’ai fait.

D. N’avez-vous pas été arrêté derrière derrière une barricade, d’où vous faisiez feu sur la troupe ?

R. Je n’ai rien à répondre.

D. Ne vous nommez-vous pas Barbès ?

R. Pas de réponse non plus.

D. Vous êtes inculpé d’avoir formé un complot contre la sûreté de l’Etat, et d’avoir commencé l’exécution de ce complot, à main armée, dans la journée d’hier ; en convenez-vous ?

R. Je n’ai pas de réponse à faire, c’est toujours le même système.

D. Dans la journée d’hier, n’avez-vous pas fait et fait faire des distributions d’armes et de cartouches ?

R. Je ne réponds pas.

D. Ne vous êtes-vous pas mis à la tête de bandes armées, dans le but de renverser le Gouvernement du Roi ?

R. Je ne réponds pas non plus.

D. Est-ce dans le lieu où vous avez été arrêté que vous avez été blessé ?

R. Je n’ai pas de réponse à faire. J’ai été ramassé dans le lieu où j’étais sans connaissance.

D. Pourquoi refusez-vous de répondre aux questions qui vous sont faites ?

R. Parce qu’entre vous et nous il ne peut pas y avoir de véritable justice , et je ne veux pas jouer un rôle dans le drame qui va se jouer. Vous êtes les hommes de la royauté, et moi le soldat de la cause de l’égalité.

L’inculpé, enquis de signer, a déclaré : Je ne signe jamais.
Nous avons signé, après lecture faite.

2° interrogatoire subi par Barbès, le 22 mai 1839, devant M. Zangiacomi, juge d’instruction délégué.

Enquis de ses nom et prénoms, âge, profession, lieu de naissance et demeure, a répondu :

Armand Barbès, âgé de 29 ans, sans profession, né à la Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), et a dit être actuellement détenu à la Conciergerie.

D. Quel ’a été votre dernier domicile à Paris ?

R. Quoique cette question ait par elle-même peu d’importance, comme vous savez que mon habitude est de ne pas répondre aux interpellations qui me sont adressées, je ne juge pas à propos de vous faire connaître mon domicile.

D. Je dois néanmoins remplir mon devoir en vous adressant quelques questions nécessaires à l’instruction qui nous occupe. Lorsqu’au mois de juin dernier, vous êtes sorti de Sainte-Pélagie, vous êtes allé à Carcassonne ; à quelle époque en êtes-vous revenu ?

R. Pour ne pas m’écarter du système que j’ai adopté , je ne fais pas de réponse.

D. Vous devez comprendre que ces circonstances seront recherchées et connues, et votre refus de répondre ne peut avoir d’autre résultat que de prolonger inutilement l’information dont vous êtes l’objet ?

R. II serait absurde, quand on commence par dire que l’on ne veut pas répondre , de donner satisfaction sur des choses indifférentes.

D. Je dois cependant provoquer encore de votre part une explication sur une pièce qui, lors de votre dernière poursuite en 1838, a été saisie à Carcassonne chez un sieur Alberny. Cette pièce contient les formes a suivre pour la réception des membres d’une société secrète ; les questions à leur adresser, les réponses qu’ils doivent fournir et le serment que l’on attend d’eux. Le sieur Alberny a déclaré que cette pièce était écrite de votre main ; reconnaissez-vous ce fait ?

R. Je ne dis ni oui ni non , et ne fais pas de réponse.

D. Consentez-vous à signer cette pièce pour attester la représentation qui vous en est faite ?

R. Non, Monsieur.

Lecture faite, le nommé Barbès a déclaré que ses réponses étaient bien celles qu’il avait faites, mais il a dit ne vouloir les signer.

3è interrogatoire de Barbès, subi le 45 mai 1839, devant M. le Chancelier de France,
Président de la Cour des Pairs, accompagné de MM. le comte de Bastard , baron
de Daunant et Mérithou, Pairs de France.

D. Vous avez été arrêté , blessé , et après avoir pris part à l’attaque qui a été faite , le 12 mai, contre la troupe de ligne, la garde municipale et la garde nationale ; quelle explication avez -vous à donner à ce fait ?

R. Je n’ai rien à répondre.

D. Vous suivez là un mauvais système, qui ne peut qu’aggraver votre situation ?

R. Je crois que c’est moi qui dois être juge du système qu’il me convient de suivre.

D. Reconnaissez-vous ce papier que je vous représente, et qui est écrit de votre main ?

R. Je n’ai rien à reconnaître non plus.

D. Reconnaissez-vous cette autre pièce, qui est entièrement écrite de votre main ?

R. Je fais la même réponse.

D. Ne faisiez-vous pas partie de la société des Familles ou des Saisons ?

R. Je ne réponds pas non plus.

D. N’est-ce pas vous qui , dans la rue Bourg-l’Abbé , le dimanche 12 mai, dans la matinée, avez fait une distribution d’armes et de cartouches ?

R. Je ne réponds pas non plus.

D. Ainsi vous persistez dans la volonté de ne faire aucune réponse à la justice ?

R. Je vous ferai ici la même réponse que j’ai déjà faite dans mon premier interrogatoire : entre vous et nous républicains, il ne peut y avoir de justice véritable ; il n’y a que des questions de force ; il ne me convient pas d’accepter le rôle que vous voudriez me faire jouer dans le procès qui va avoir lieu. J’en jouerai un rôle dans ce procès, malgré moi ; mais je ne le jouerai pas tel que vous l’aurez taillé vous-même.

Après lecture, l’inculpé a déclaré que cet interrogatoire contenait bien les réponses qu’iI a faites, et a refusé de signer.

4è interrogatoire subi par Barbès, le 1er juin 1839, devant M. le Chancelier de France, Président de la Cour des Pairs.

D. Vous connaissiez la dame Roux, demeurant rue aux Ours ?

R. Je n’ai pas de réponse à faire ; j’ai déjà déclaré que, dans les conditions où nous étions vis-à-vis les uns des autres , je ne pouvais pas répondre.

D. Mes questions, si vous n’y répondez pas, auront au moins cet avantage qu’elles vous apprendront les charges qui pèsent sur vous :
La veille de l’attentat vous avez envoyé une malle chez cette dame ?

R. Je n’ai pas de réponse à faire.

D. Le lendemain 12 , vous êtes venu chercher cette malle à la tête d’une bande ?

R. Je n’ai pas de réponse à faire.

D. Cette malle contenait des cartouches qui ont été distribuées sur la voie publique ?

(L’inculpé ne répond pas. )

D. Vous vous êtes mis à la tête de la bande à laquelle cette distribution a été faite ?

( L’incuIpé ne répond pas.)

D. Vous vous êtes dirigé sur le Palais-de-Justice , vous vous êtes rendu devant le poste de ce palais, vous avez abordé l’officier qui était en dehors du poste avec ses hommes , vous lui avez demandé de rendre ses armes ; sur son refus , il a été tué ainsi que plusieurs de ses soldats. Vous êtes reconnu par cinq personnes pour être l’homme qui a tiré sur lui et qui l’a tué ?

(L’inculpé ne répond pas. )

D. Persistez-vous à ne faire aucune réponse ?

R. Oui, Monsieur.

D. Voulez-vous signer votre interrogatoire ?

R. Je ne signe pas non pIus.

5° interrogatoire de Barbès, subi le G juin 1839, devant M. Zangiacomi, juge,
d’instruction délégué.

D. Reconnaissez-vous avoir apposé votre nom au pied d’une proclamation provoquant à l’insurrection, qui a été trouvée et saisie, Ie 12 mai dernier, dans les quartiers occupés par les insurgés ?

( L’inculpé ne répond pas. )

D. Cette même proclamation vous signale comme l’un des membres du gouvernement que devait établir l’insurrection ?

( Pas de réponse. )

D. Vous ne voulez pas répondre à d’autres interpellations ?

(Pas de réponse.)

Lecture faite, a reconnu que que le présent était conforme à la vérité, mais n’a pas voulu le signer.

© Laurent Margantin _ 14 mai 2017
_

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)