Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/oeuvreso/www/config/ecran_securite.php on line 283
Oeuvres Ouvertes : Journal de Kafka (IV,67) : Sur les littératures mineures, suite

Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

Journal de Kafka (IV,67) : Sur les littératures mineures, suite

...

Suite
Les textes anciens reçoivent beaucoup d’interprétations qui, par rapport à la faiblesse de leur matériau, avancent avec une énergie seulement contenue par la crainte qu’on pourrait aller trop facilement jusqu’au bout, ainsi que par le respect sur lequel on s’est mis d’accord. Tout se passe de la plus honnête des façons, à part qu’on travaille dans une partialité qui ne disparaît jamais, ne laisse apparaître aucune fatigue et se répand à des lieues à la ronde parce qu’une main habile s’est levée. Mais partialité, en fin de compte, ne signifie pas seulement qu’on empêche une vue d’ensemble, mais aussi un aperçu limité, ce qui explique que toutes ces remarques soient barrées d’un trait.
Comme les hommes cohérents manquent, il n’y a pas d’actions littéraires cohérentes. [Une affaire isolée est poussée dans les profondeurs pour qu’on puisse l’observer d’en haut, ou bien elle est élevée pour qu’on puisse s’affirmer en haut à côté d’elle. Faux.] Même si l’on réfléchit tranquillement à l’affaire isolée, on ne parvient pas jusqu’à ses frontières où elle est en rapport avec des affaires semblables, le plus probable est qu’on atteigne la frontière qui la sépare de la politique, on cherche même à voir cette frontière avant qu’elle ne soit là et, souvent, à trouver partout cette frontière qui se contracte. L’exigüité de l’espace, mais aussi l’attention qu’on porte à la simplicité et à la régularité, enfin l’idée qu’à la suite de l’autonomie interne de la littérature sa liaison externe avec la politique est sans danger, cela a pour conséquence que la littérature soit diffusée dans le pays et qu’elle s’accroche aux slogans politiques.
On trouve partout de la joie au traitement littéraire de thèmes mineurs, qui peuvent être juste assez grands pour qu’un petit enthousiasme s’en nourrisse, et qui ont des perspectives et des soutiens polémiques. Les insultes littérairement réfléchies roulent dans un sens et dans l’autre, dans le cercle des tempéraments plus forts, elles volent. Ce qui, au sein des grandes littératures, se joue en bas et constitue une cave non indispensable du bâtiment, se passe ici en pleine lumière, ce qui là-bas provoque un attroupement passager, n’entraîne ici rien de moins qu’un verdict décidant de la vie ou de la mort.


Ce passage est la suite d’autres pages du Journal consacrées aux littératures mineures, voir ici (ainsi que les commentaires).

© Franz Kafka_traduction & appareil critique par Laurent Margantin _ 17 octobre 2017

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)