Œuvres ouvertes

Journal de Kafka (IV, 83) : Ce qui me gêne par ailleurs

...

Ce qui me gêne par ailleurs, c’est que j’ai feuilleté mon journal ce matin pour y chercher ce que je pourrais lire à M. Or en faisant cette recherche je n’ai pas trouvé que ce que j’ai écrit jusqu’à maintenant ait une très grande valeur, sans que cela mérite d’être tout à fait écarté. Mon jugement est quelque part entre les deux opinions et plus proche de la première, mais pas au point qu’en jugeant de la valeur de ce que j’ai écrit, je doive me considérer comme épuisé, en dépit de ma faiblesse. Malgré tout, le fait de voir la quantité que j’ai écrite m’a détourné de la source de ma propre écriture, et de façon presque irréparable pour les prochaines heures, parce que mon attention s’est perdue dans le même cours d’eau, vers l’aval en quelque sorte.

Sommaire