Œuvres ouvertes

Des boyteux (3) / Montaigne

Troisième extrait du chapitre 11 du livre III

"Il n’est rien si soupple et erratique, que nostre entendement."

On dit en Italie en commun proverbe, que celuy-là ne cognoist pas Venus en sa parfaicte douceur, qui n’a couché avec la boiteuse. La fortune, ou quelque particulier accident, ont mis il y a long temps ce mot en la bouche du peuple ; et se dict des masles comme des femelles : Car la Royne des Amazones, respondit au Scythe qui la convioit à l’amour, , le boiteux le faict le mieux. En cette republique feminine, pour fuir la domination des masles, elles les stropioient dés l’enfance, bras, jambes, et autres membres qui leur donnoient avantage sur elles, et se servoient d’eux, à ce seulement, à quoy nous nous servons d’elles par deçà. J’eusse dit, que le mouvement detraqué de la boiteuse, apportast quelque nouveau plaisir à la besoigne, et quelque poincte de douceur, à ceux qui l’essayent : mais je viens d’apprendre, que mesme la philosophie ancienne en a decidé : Elle dict, que les jambes et cuisses des boiteuses, ne recevans à cause de leur imperfection, l’aliment qui leur est deu, il en advient que les parties genitales, qui sont au dessus, sont plus plaines, plus nourries, et vigoureuses. Ou bien que ce defaut empeschant l’exercice, ceux qui en sont entachez, dissipent moins leurs forces, et en viennent plus entiers aux jeux de Venus. Qui est aussi la raison, pourqucy les Grecs descrioient les tisserandes, d’estre plus chaudes, que les autres femmes : à cause du mestier sedentaire qu’elles font, sans grand exercice du corps. Dequoy ne pouvons nous raisonner à ce prix-là ? De celles icy, je pourrois aussi dire ; que ce tremoussement que leur ouvrage leur donne ainsin assises, les esveille et sollicite : comme faict les dames, le croulement et tremblement de leurs coches.

Ces exemples, servent-ils pas à ce que je disois au commencement : Que nos raisons anticipent souvent l’effect, et ont l’estenduë de leur jurisdiction si infinie, qu’elles jugent et s’exercent en l’inanité mesme, et au non estre ? Outre la flexibilité de nostre invention, à forger des raisons à toutes sortes de songes ; nostre imagination se trouve pareillement facile, à recevoir des impressions de la fauceté, par bien frivoles apparences. Car par la seule authorité de l’usage ancien, et publique de ce mot : je me suis autresfois faict accroire, avoir receu plus de plaisir d’une femme, de ce qu’elle n’estoit pas droicte, et mis cela au compte de ses graces.

Torquato Tasso, en la comparaison qu’il faict de la France à l’Italie ; dit avoir remarqué cela, que nous avons les jambes plus gresles, que les Gentils hommes Italiens ; et en attribue la cause, à ce que nous sommes continuellement à cheval. Qui est celle-mesmes de laquelle Suetone tire une toute contraire conclusion : Car il dit au rebours, que Germanicus avoit grossi les siennes, par continuation de ce mesme exercice. Il n’est rien si soupple et erratique, que nostre entendement. C’est le soulier de Theramenez ; bon à tous pieds. Et il est double et divers, et les matieres doubles, et diverses.

© Montaigne _ 21 avril 2010

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)