Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

A propos des Microfictions 2018 de Régis Jauffret

...

En 2007, Régis Jauffret publie Microfictions, fort volume qui rassemble 500 récits brefs (pas plus de deux pages chacun). En exergue, cette phrase de l’auteur : "Je est tout le monde et n’importe qui". Je n’est pas un autre, il est tous les autres. Le plus souvent, le personnage commence par se présenter à la première personne. Pas de mise à distance entre l’auteur et ses personnages. Dès la première ligne, le lecteur plonge au coeur d’une vie (atroce la plupart du temps).

Dix ans plus tard, Jauffret récidive avec 500 nouvelles histoires. On retrouve le même univers littéraire où règne la multitude. Multitude des personnages, des voix, des histoires. Forme ultra-brève, la microfiction permet non seulement une plongée soudaine au cœur d’une vie, mais aussi la création d’un univers fourmillant de personnages divers et produisant chez le lecteur une impression de prolifération. Si la vie elle-même est génération incessante, multiplication des vivants, on se demande pourquoi l’écrivain ne pourrait pas lui aussi engendrer une profusion de personnages, au même rythme vertigineux. Le lecteur s’y perd comme dans une foule.

Alors bien sûr, depuis la parution des Microfictions 2018, il est surtout question, dans les médias, des personnages et des situations souvent cruelles dans lesquelles ils se mettent souvent eux-mêmes. Ce qui intéresse, c’est le fait divers en soi, et même s’il est fictif on se plaît à en signaler la vraisemblance (notamment tout ce qui concerne l’usage des techniques numériques, du drone au iPhone). Je remarque par ailleurs que le milieu social évoqué dans ces histoires est surtout celui de la (petite ou grande) bourgeoise française du début du XXIème siècle, ce qui relativise un peu la prétention de départ à une espèce d’universalité (« Toutes les vies à la fois »).

On regrette cependant qu’il ne soit que très peu question, dans les critiques littéraires, de la forme, de l’écriture elle-même. Je pense ici à que dit Peter Handke dans un entretien récent : « C’est quand même une joie immense d’écrire sur des livres qui sont bizarres, qui sont spéciaux ... pourquoi on ne raconte pas comment un livre est fait ? On raconte plus du tout comme un film est fait. La critique du cinéma n’existe plus, la critique des livres, de la littérature ça n’existe presque plus. Comment c’est fait ? Comment c’est raconté ? Comment est le rythme ? Comment sont les phrases ? Où est le paragraphe ? »

Concernant la microfiction elle-même, quelques remarques :

- Elle ne fait pas plus de deux pages, la seule caractéristique qui est signalée en général. Le titre est composé à partir d’un élément du texte, par exemple « Comme deux gouttes d’eau » ou « C’est une opportunité inespérée ».

- Si la microfiction forme bien un bloc dense ramassant une vie en une soixantaine de lignes, il y a en son sein des prises de parole isolées signalées par un tiret cadratin. Elles désarçonnent un peu le lecteur car l’histoire étant racontée par son personnage principal (qui est souvent une victime, parfois au contraire l’auteur d’un méfait ou d’un crime), cette voix seconde à l’intérieur du récit redouble celle du narrateur en offrant une espèce de contrechamp, comme s’il observait lui-même la scène à distance (peut-être avec le recul de quelques années). On peut aussi avoir l’impression que l’auteur lui-même intervient dans le récit du narrateur. Quoi qu’il en soit, cette technique permet de rompre l’impression de monotonie qui peut s’emparer du lecteur lisant plusieurs dizaines de ces récits à la suite, malgré la grande diversité des situations.

- L’écriture des microfictions se caractérise par une espèce de tension interne entre des paragraphes composés de phrases brèves (« Il ne la quittait pas. Les décennies passaient. J’avais cinquante ans. Il ne me ferait jamais d’enfant. Puisqu’il n’osait pas divorcer il n’avait qu’à l’empoisonner ») et des phrases plus longues et surtout riches en images poétiques et en métaphores (« Balançant ma tête en arrière, je voyais le ciel bleu roi, sans nuage, rutilant comme une de ces assiettes à dessert que ma mère réservait au déjeuner du dimanche et dont il ne reste plus une seule aujourd’hui »). Jauffret balance ainsi constamment entre un style qui le rapproche des auteurs du dix-huitième siècle (on pense aux moralistes français) et une écriture poétique plus proche des univers de Baudelaire ou de Proust. Et c’est peut-être ce qui fait que ces Microfictions 2018, comme les précédentes, malgré leur multitude et la répétition des mêmes thèmes, soient un vrai plaisir de lecture.

© Laurent Margantin _ 22 janvier 2018

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)