Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

Thomas Bernhard | Manie de la persécution ?

...

Lorsqu’à Hainburg
j’eus soudain faim,
j’allai dans une auberge
et je commandai,
revenant de Cracovie,
un rôti de porc aux boulettes de pommes de terre
et une pinte de bière.
En traversant la Slovaquie
mon ventre s’était vidé.
Je discutai avec le patron,
il disait, ces Juifs polonais,
ils auraient dû les tuer tous
sans exception.
C’était un nazi.

À Vienne j’allai à l’hôtel Amabassador
et je commandai un cognac,
un cognac de France naturellement,
un Martell par exemple, dis-je,
tout en discutant avec un peintre,
qui affirmait sans cesse au sujet de lui-même
qu’il était un artiste
et qu’il savait ce qu’était l’art,
alors que le reste du monde tout entier ignorait
ce qu’était l’art,
bientôt il s’avéra que
c’était un nazi.

À Linz j’allai au café Draxelmayer
boire un petit café au lait
et je parlai avec le maître d’hôtel
du match de football Rapid Vienne contre LASK Linz
et le chef de rang disait
les joueurs du Rapid, il faudrait tous les gazer,
aujourd’hui Hitler aurait encore plus de boulot
que de son vivant,
bref il s’est avéré très rapidement que
c’était un nazi.

À Salzbourg j’ai croisé mon ancien professeur de religion,
qui m’a dit droit dans les yeux
que mes livres
et tout ce que j’avais pu écrire jusqu’à présent
étaient du rebut,
mais qu’aujourd’hui on pouvait publier n’importe quel rebut,
à une époque comme la nôtre,
qui était fondamentalement ordurière,
sous le Troisième Reich, disait-il,
je n’aurais pu faire publier aucun de mes livres,
et il souligna que j’étais un salopard,
un chien hypocrite,
puis il mordit dans son sandwich au saucisson,
arrangea sa soutane en tirant dessus des deux mains,
se leva et partit.
C’est un nazi.

D’Innsbruck j’ai reçu hier une carte postale
illustrée du petit toit d’or symbole de la ville,
et sur laquelle on lisait, sans plus d’explications :
Les gens comme toi devraient être gazés ! Tu ne paies rien pour attendre !
J’ai relu plusieurs fois la carte postale
et j’ai eu peur.


Traduction de Daniel Mirsky, texte extrait de : Sur les traces de la vérité, Gallimard, 2013. Première publication dans Die Zeit, 1er janvier 1982.

25 janvier 2018 : découverte de chants nazis dans la corporation d’étudiants Germania en Autriche. Udo Landbauer, politicien du parti FPÖ (parti d’extrême droite actuellement au pouvoir) en a été membre pendant plusieurs années et l’a même présidée. Dans un de ces chants, on peut lire : "Mettez les gaz, vieux Germains, on va se faire le septième million de juifs". Source ici.

© Thomas Bernhard _ 26 janvier 2018

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)