Éditions Œuvres ouvertes

Rudolf Fuchs | Il m’arrivait souvent de croiser Kafka

chaque dimanche, un nouveau texte dans la bibliothèque Kafka

Il m’arrivait souvent de croiser Kafka, marchant seul dans les rues ou dans les parcs. Il ne montrait nulle humeur si on se joignait à lui. Il évitait volontiers de parler de lui, et il était tout ouïe dès que quelqu’un prenait la parole. Même lorsque la maladie commença à le faire souffrir, il garda toujours le même visage souriant. On aurait dit un sphynx tant son expression était énigmatique.
Il était toujours prêt à discuter, c’est-à-dire prêt à comprendre ; ne fût-ce que par quelques mots, dits souvent de manière brusque ; parfois il se contentait d’un silence éloquent et sans ambiguïté. Il suivait la vie et les faits et gestes de ses amis avec beaucoup d’attention. Il connaissait beaucoup de gens, mais il accordait à très peu le droit d’être son ami. Je garde un souvenir ému du fait suivant : un jour, je le rencontrai dans la Herrengasse. La veille, dans le Tagblatt avait été publié un de mes poèmes, intitulé Villa Milde Ruh. Il m’en fit l’éloge, alors que moi-même je ne le trouvais plus tout à fait à mon goût. C’était un texte de jeunesse. Je me permis d’émettre un doute sur la sincérité de son compliment. Kafka récita alors par cœur mon poème.
Lorsque son premier livre, Contemplation, parut aux éditions Wolff, il me déclara ceci : « Le libraire André en a vendu onze exemplaires. J’en ai moi-même acheté dix. J’aimerais bien savoir qui a le onzième. » Et il se mit à sourire avec un air joyeux. Mais jamais il ne nous parla des textes qu’il écrivait et de l’importance qu’il attribuait à l’écriture.


. Rudolf Fuchs, écrivain pragois de langue allemande (1890-1942). Texte extrait de : J’ai connu Kafka. Témoignages réunis par Hans-Gerd Koch, traduit de l’allemand par François-Guillaume Lorrain, Actes Sud, 1998.

© Laurent Margantin _ 4 mars 2018

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)