Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

Journal de Kafka (I,95) : La pitié que nous ressentons pour ces acteurs

...

La pitié que nous ressentons pour ces acteurs qui sont si bons et ne gagnent rien, et qui en plus sont loin de recevoir assez de gratitude et de gloire, n’est en vérité que la pitié éprouvée face au triste destin de tant de nobles aspirations et surtout les nôtres. C’est aussi pourquoi elle est si excessivement forte : extérieurement elle va vers des personnes étrangères alors qu’en réalité elle nous concerne. Mais cette pitié est malgré tout si étroitement liée aux acteurs que même en ce moment je ne peux la détacher d’eux. Parce que je le reconnais, elle se lie encore plus à eux pour me braver.

© Franz Kafka_traduction & appareil critique par Laurent Margantin _ 20 mars 2018

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)