Oeuvres Ouvertes

depuis 2000

Thomas Bernhard au festival de Salzbourg, 1972 : "Je trouve Peymann absolument répugnant"

...

L’ignorant et le fou est la première pièce de théâtre de Thomas Bernhard mise en scène au festival de Salzbourg. Bruno Ganz — qu’admire beaucoup Bernhard — en est l’acteur principal, et Claus Peymann le metteur en scène. Peymann mettra en scène plusieurs pièces de théâtre de Bernhard, notamment la dernière, Place des héros, qui fit un énorme scandale. Bernhard avait chargé Karl Ignaz Hennetmair, un proche ami et voisin qui exerçait la profession d’agent immobilier, de trouver une grande maison proche de Salzbourg à louer pour les acteurs et le metteur en scène, maison un peu à l’écart où ils pourraient répéter tranquillement et également séjourner. Hennetmair trouva une maison à Pfaffstätt dont la propriétaire s’appelait madame Bamberger, et le passage suivant — extrait du journal qu’a tenu l’ami de Bernhard pendant toute l’année 1972 — évoque le début des répétitions de L’Ignorant et le fou.


— Mais imagine ce qui m’est encore arrivé avec Peymann, me dit Thomas. Bickel et Hermann avec sa femme sont entretemps arrivés. Herrmann reste à Pfaffstätt et aussi Bickel. La femme de Bickel a dû consoler madame Bamberger qui pleurait à cause du comportement grossier de Peymann. Là où Peymann pourrait montrer son socialisme, il a une nouvelle fois révélé son vrai visage. Peymann est allé s’installer dans le plus bel hôtel de Salzbourg. Et j’ai vu comment il a à nouveau piqué deux mille schillings à Ganz. Ganz était gêné, il ne voulait pas – Peymann fait sans doute cela souvent – mais finalement il lui a filé l’argent. Et il ne m’a toujours pas rendu mes deux mille schillings. Je vais lui écrire. Qu’en penses-tu ?
— Oui, écris-lui une lettre très courte. Ecris-lui de te virer l’argent sur ton compte à l’Oberbank de Gmunden. Le délai est le suivant. Bernhard, et c’est tout. Je t’ai déjà dit que c’était quelqu’un qui faisait des dettes, tu ne m’as pas cru parce qu’il gagne tellement d’argent. Mais quand quelqu’un est dépensier peu importe les sommes qu’il gagne. On peut dépenser une quantité d’argent en une seule nuit !
— Oui, c’est ce que je vais faire, je n’en peux plus de Peymann. Je trouve Peymann absolument répugnant, il est impossible. Mais pendant les répétitions il est bon, je dois dire, on ne le reconnaît pas, pendant les répétitions il est formidable. Mais je ne vais plus aller à aucune de ses répétitions. Je lui ai dit de m’envoyer un mot avec la date de la répétition générale à laquelle j’assisterai. J’ai eu une engueulade avec lui, il est répugnant. Bien sûr, j’ai une nouvelle fois fâché tous les acteurs, mais cela m’est égal. Ganz, Bickel et Herrmann ne comprendront pas. Peymann m’a dit que les acteurs étaient curieux de voir Nathal [1], et qu’ils aimeraient venir prendre un café. Alors j’ai dit : moi je ne suis pas curieux de voir cela, je ne veux pas. Cela les a terriblement fâchés, mais je m’en fous.

© Laurent Margantin _ 19 avril 2018

[1Lieu où réside Bernhard dans une grande ferme qu’il a rénovée.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)