Œuvres ouvertes

Journal de Kafka (II, 47) : Je viens d’examiner mon bureau de plus près

...

24 décembre 1910 Je viens d’examiner mon bureau de plus près et j’ai compris qu’on ne peut rien y faire de bon. Il y a tellement de choses qui traînent et qui forment un désordre sans homogénéité et sans aucune compatibilité des choses désordonnées rendant tout désordre normalement supportable. Qu’il y ait du désordre sur le drap vert, peu importe, c’était sans doute le cas au parterre des anciens théâtres. Mais que de l’espace des places debout


Le texte s’interrompt au milieu de la dernière phrase.


Sommaire du deuxième cahier

Kafka aux Éditions Œuvres ouvertes

© Franz Kafka_traduction & appareil critique par Laurent Margantin _ 22 octobre 2018