Œuvres ouvertes

Décès de Fernando Del Paso

Disparition d’un grand écrivain mexicain

L’auteur de José Trigo (1966) et Palinuro de México (1976) est mort mercredi dernier, 14 novembre, à l’âge de 83 ans. Journaliste pour la BBC et ensuite pour Radio France Internationale, diplomate (conseiller culturel puis consul général à Paris), il a marqué profondément les lettres mexicaines. Cet esprit indépendant et critique n’hésitait pas à dénoncer les grands problèmes de son pays : inégalités criantes, corruption, impunité, complicités, violence…
Fernando Del Paso (1935-2018) ne cachait pas l’influence qu’avait eu sur lui l’écrivain cubain Alejo Carpentier : la polyphonie et l’ancrage historique de ses romans sont caractéristiques. Notamment dans Noticias del Imperio (1987), très remarqué au moment de sa parution par la maîtrise avec laquelle son auteur retrace l’aventure impériale de Maximilien au Mexique et, morceau de bravoure, reconstitue le délire de Charlotte après l’exécution de son mari et son retour en Europe, où l’impératrice du Mexique et des Amériques sera enfermée dans les châteaux de Miramar, Terveuren et Bouchout. Une lecture de l’histoire guidée par la mélancolie et le baroque.
Dans La Razón du 17 novembre 2018, Rafael Rojas fait remarquer que Del Paso n’avait eu accès qu’à quelques lettres au moment de la rédaction de son roman. Depuis, l’historienne belge Laurence van Ypersele a étudié et publié la correspondance inédite de Charlotte jusqu’à sa mort en 1927 (Une impératrice dans la nuit, Quorum, 1995), qui confirme de manière saisissante ce que la fiction avait perçu longtemps avant, notamment sa peur d’être empoisonnée.
D’autres influences sont à chercher du côté de Rabelais, Flaubert (dans une interview Del Paso a déclaré : « Charlotte, c’est moi »), Swift, Joyce (l’intertextualité entre Ulysse y Palinuro de México est très riche : la mythologie grecque, l’histoire de la médecine, la vie quotidienne du héros, sa relation avec Estefanía, les dialogues entre personnages d’époques différentes).
Avec son grand sens de l’humour, son goût pour une certaine excentricité vestimentaire aux couleurs vives, Del Paso était aussi un excellent dessinateur et un fin gourmet. Il a gagné de nombreux prix au cours de sa longue carrière, entre autres le prix Romulo Gallegos en 1982, Alfonso Reyes en 2014, Cervantes en 2015.
En français, trois de ses romans ont été publiés par Fayard : Palinure de Mexico (1985), Des nouvelles de l’Empire (1990), et Linda 67 : histoire d’un crime.

© Philippe Chéron _ 19 novembre 2018

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)