Œuvres ouvertes

Journal de Kafka (V, 12) : Alors que j’étais allongé sur le canapé

...

Alors que j’étais allongé sur le canapé et qu’on parlait dans les deux pièces voisines, à gauche seulement des femmes, à droite surtout des hommes, j’ai eu l’impression qu’il s’agissait de créatures sauvages pareilles à des nègres que rien ne peut calmer, qui ne savent pas ce qu’ils disent et ne parlent que pour agiter l’air, qui lèvent leur visage en parlant et suivent du regard les mots qu’ils prononcent.


- "negerhaft" : mot qu’on ne trouve (heureusement) pas dans les dictionnaires actuels, datant de l’époque du racisme colonial qui était celle de Kafka.


Sommaire du cinquième carnet

Adhérer à l’association des lecteurs du Journal de Kafka

Acheter les livres papier de Franz Kafka aux éditions Œuvres ouvertes

© Franz Kafka_traduction & appareil critique par Laurent Margantin _ 5 décembre 2019

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)