Œuvres ouvertes

Présence-absence de Reger

sur les traces d’un personnage fictif

A Vienne, j’ai passé quelques heures au Kunsthistorisches Museum, et je n’ai bien sûr pas pu m’empêcher de chercher le tableau devant lequel Reger, dans Maîtres anciens, va se poster tous les deux jours pendant trente six ans.

Il s’agit de l’Homme à la barbe blanche du Tintoret.

Je photographiai ces deux portraits, ainsi que la banquette en face (le plus discrètement possible pour ne pas passer pour un illuminé auprès d’une employée du musée postée dans un coin de la salle), convaincu d’avoir trouvé le lieu précis où Bernhard avait placé son personnage.

Ce n’est qu’au retour du voyage que je trouve sur internet le portrait authentique, que je n’ai donc pas vu lors de ma visite du musée, que je croyais pourtant avoir écumé dans tous les sens, et dans ses plus petits recoins (dans l’un desquels on trouve par exemple des Arcimboldo).

Peine perdue : Reger m’a échappé. Pas tant que ça peut-être, puisque je l’ai retrouvé à Paris.

Lire également la page de Norwich, L’imperfection des chefs d’oeuvre.

(Photographie prise dans la librairie du musée)

© Laurent Margantin _ 16 août 2010

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)