Éditions Œuvres ouvertes

Un incident à la Charité

Heinrich von Kleist, Anecdotes

L’homme du nom de Beyer qui, il y a peu, s’est fait renverser par un fiacre, a connu à trois reprises dans sa vie un destin semblable ; si bien que, lors de l’examen auquel procéda le conseiller privé monsieur K. à la Charité, se produisirent les plus ridicules quiproquos. Le conseiller, qui remarqua tout d’abord ses deux jambes torses et couvertes de sang, lui demanda s’il était blessé à ses membres, ce à quoi l’homme répondit que non, ses jambes avaient été écrasées par un autre médecin cinq années plus tôt. Là-dessus, un médecin qui était aux côtés du conseiller remarqua que son œil gauche était crevé ; mais lorsqu’on lui demanda si la roue l’avait touché à cet endroit, celui-ci répondit que non, un médecin lui avait déjà roulé dessus quatorze ans plus tôt et lui avait arraché. Enfin, au grand étonnement des autres personnes présentes, il se révéla que la moitié de ses côtes sur le flanc gauche, dans un état de délabrement à faire pitié, étaient retournées vers le dos ; mais lorsque le conseiller lui demanda si c’était la voiture du docteur qui l’avait abîmé à cet endroit, il répondit que non, c’était la voiture d’un autre docteur qui, sept ans plus tôt déjà, lui était passé dessus. – Jusqu’à ce qu’on découvre enfin que, lors du dernier accident, le cartilage de l’oreille gauche lui était rentré dans le conduit auditif. – Le rapporteur a auditionné lui-même l’homme au sujet de l’accident, et même les mourants allongés sur leur lit dans la salle ne purent s’empêcher de rire en écoutant l’homme raconter ce qui lui était arrivé de manière si drolatique et indolente. – D’ailleurs, son état s’améliore ; et s’il prend bien garde aux médecins en traversant les rues, il est possible qu’il vive encore longtemps.

Première mise en ligne le 5 octobre 2010

© Heinrich von Kleist _ 15 septembre 2013

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)