Œuvres ouvertes

Anecdote : Malice du Ciel / Heinrich von Kleist

une promesse

A Francfort sur l’Oder, où il commandait un régiment d’infanterie, le général Dieringshofen, un homme d’un caractère sévère et intègre mais qui n’était pas exempt de quelques traits bizarres et originaux, manifesta, alors qu’à un âge avancé, souffrant d’une longue maladie, il était proche de la mort, sa répugnance à tomber sous les mains des laveuses de corps. De manière ferme, il donna l’ordre que personne, sans aucune exception, ne touchât sa dépouille ; qu’il devrait être mis en bière et enterré avec portant sur lui ce qu’il avait au moment de mourir, avec son bonnet de nuit, son pantalon et sa robe de chambre ; et pria l’aumônier militaire de son régiment, monsieur P…, un ami de la famille, de veiller à ce que sa dernière volonté fût respectée. L’aumônier militaire lui en fit la promesse : il s’engagea , pour prévenir le moindre incident, à ne pas s’éloigner de lui dès lors qu’il serait mort jusqu’à sa mise en terre. Là-dessus passent quelques semaines, quand un jour, au petit matin, le valet de chambre du général arrive dans la maison de l’aumônier militaire pour lui annoncer que celui-ci s’était éteint vers minuit, sans souffrances et tranquillement, comme on s’y attendait. Fidèle à sa promesse, l’aumônier militaire s’habille aussitôt, et se rend à l’appartement du général. Mais que trouve-t-il alors ? – La dépouille du général déjà savonnée, assise sur un tabouret : le valet de chambre, qui n’avait pas eu connaissance de l’ordre, avait fait venir un barbier pour qu’il le rase et que la dépouille puisse être exposée provisoirement de manière décente. Que devait faire l’aumônier militaire dans d’aussi singulières circonstances ? Il renvoya le valet de chambre qui ne l’avait pas fait venir plus tôt, ainsi que le barbier qui tenait le général par le bout du nez, et, savonné, la barbe à demi rasée, le fit mettre en bière et enterrer.

© Heinrich von Kleist _ 16 octobre 2010
_

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)