Œuvres ouvertes

Beaucoup se plaignaient

Décembre 1922

Beaucoup se plaignaient que les paroles des sages fussent toujours des paraboles dont on ne pouvait se servir dans la vie quotidienne, la seule que nous ayons. Quand le sage dit : « Va de l’autre côté », il ne veut pas dire qu’il faut traverser la rue pour aller de l’autre côté, ce qu’on pourrait au moins faire si ce qu’on obtenait en faisant le chemin avait quelque valeur, mais il veut parler de quelque au-delà légendaire, quelque chose que nous ne connaissons pas, que le sage lui-même ne peut pas désigner plus précisément, et qui, donc, ne nous aide ici en rien. Toutes ces paraboles veulent simplement dire au fond que l’Insaisissable est insaisissable, et ça nous le savions déjà. Or c’est à vrai dire avec d’autres choses que nous nous donnons du mal tous les jours.
Là-dessus, l’un dit : Pourquoi résistez-vous ? Si vous suiviez les paraboles, alors vous deviendriez vous-mêmes des paraboles, et ainsi vous seriez débarrassés du labeur quotidien.
Un autre dit : Je parie que ça aussi c’est une parabole.
Le premier dit : Tu as gagné.
Le second dit : Mais hélas seulement dans la parabole.
Le premier dit : Non, en réalité ; dans la parabole tu as perdu.

© Franz Kafka _ 18 novembre 2010

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)