Éditions Œuvres ouvertes

Le casse-pieds habite dans la forêt

printemps 1917

Le casse-pieds habite dans la forêt. Dans une cabane depuis longtemps abandonnée, cabane du temps ancien des charbonniers. Quand on y entre, on remarque seulement une odeur de moisi qu’on ne peut pas faire disparaître, sinon rien. Plus petit que la plus petite souris, invisible même à un œil qu’on mettrait juste à côté, le casse-pieds se cache dans un coin. On ne peut rien voir, absolument rien, on entend juste le bruissement tranquille de la forêt à la fenêtre vide. Quelle solitude ici, et comme cela te convient. Tu vas dormir dans ce coin. Pourquoi pas dans la forêt où l’air circule librement ? Parce que tu es là à présent, à l’abri dans une cabane, même si la porte est depuis longtemps hors de ses gonds et laissée on ne sait où. Mais toi, tu cherches encore à tâtons comme si tu voulais fermer la porte, avant de t’allonger.

Première mise en ligne le 14 décembre 2010

© Franz Kafka _ 12 octobre 2013

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)