Œuvres ouvertes

Courts récits de Kafka : appel à projet

ouvrir sur le net un espace de lecture spécialement consacré à Kafka

Sur Oeuvres ouvertes, bientôt une cinquantaine de traductions inédites des courts récits de Kafka écrits sur une vingtaine d’années, de nombreux simplement extraits de son journal par Max Brod qui leur a donné un titre, d’autres - peu - publiés en revue, d’autres encore retrouvés dans des cahiers. Et ce que j’ai traduit jusqu’à présent n’est bien sûr qu’une toute petite partie de l’ensemble qui ne fut jamais constitué comme une oeuvre close par son auteur, mais demeura son chantier.

Il serait bien sûr tentant d’en regrouper. Mais ce serait en vérité un livre de plus, papier ou numérique, dans un cadre clos qui ne convenait pas à Kafka lui-même (et à peu près à la même période, non plus à Pessoa). Non, je me dis que ces traductions n’ont d’avenir que sur le net, sous forme d’un système hypertexte permettant de retrouver les occurrences de mots ou de thèmes d’un récit à l’autre, de cheminer librement entre les récits, soit selon la chronologie, soit à partir d’une thématique (combien de ces récits partent ainsi de la simple chambre où écrit Kafka). Système toujours ouvert qui permettra des mises à jour régulières, des corrections ou des améliorations (un point essentiel), ce qui est évidemment impossible dans le cadre d’une édition papier, et encore malaisé dans celui d’une édition numérique.

Donc, appel aux passionnés de Kafka désireux de bâtir ce site (compétences informatiques souhaitées !), de lancer ce chantier, puisqu’il s’agira, sur plusieurs années, d’y intégrer des textes au fur et à mesure de leur traduction, d’y associer une documentation et une iconographie, d’y ajouter pourquoi pas un appareil critique. Soumettez-moi un projet, sachant qu’il ne pourra se développer que sur le long terme, avec pour objectif la mise en réseau de l’oeuvre de Kafka dans son caractère inachevé et toujours en devenir, en rupture donc avec toutes les démarches éditoriales passées prélevant des morceaux pour modeler une totalité close qui, s’agissant de Kafka, n’existe pas.

Pour m’écrire, c’est ici.

Ajout du 15 janvier : Merci à Florence Trocmé d’avoir repris cet appel sur Poezibao.

© Laurent Margantin _ 14 janvier 2011

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Lien hypertexte

    (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)