Œuvres ouvertes

En septembre de cette année, Herta Müller recevait le prix Heinrich Heine à Düsseldorf. Dans un entretien, elle évoquait son nouveau livre, Atemschaukel, qui raconte l’expérience des camps vécue par un poète germano-roumain disparu en 2006, Oskar Pastior.

Stupeur à l’annonce du prix Nobel de littérature 2009 : on s’attendait au couronnement d’une célébrité – un des favoris étant une nouvelle fois l’Américain Philip Roth -, et ce fut, dix ans après Günter Grass et cinq ans après Elfriede Jelinek, une femme de langue allemande née en 1953, inconnue du grand public, à peine connue dans son propre pays, car elle est issue d’une minorité souabe (venue du sud de l’Allemagne) vivant en Roumanie. Les membres du comité Nobel ont donc choisi de livrer une énigme au (...)