Œuvres ouvertes

Intense passage des Essais (chapitre 38, premier livre) : "Il se faut reserver une arriereboutique, toute nostre, toute franche, en laquelle nous establissions nostre vraye liberté et principale retraicte et solitude."

Chapitre 50 du premier livre des Essais. "Tout mouvement nous descouvre".

Chapitre 24 du livre 1 des Essais.

"C’est merveille combien proprement la sottise se loge sur mon exemple. Est-ce pas faire de mesme, ce que je fay en la plus part de cette composition ? Je m’en vay escornifflant par-cy par-là, des livres, les sentences qui me plaisent ; non pour les garder (car je n’ay point de gardoire) mais pour les transporter en cettuy-cy ; où, à vray dire, elles ne sont non plus miennes, qu’en leur premiere place."

On continue la relecture de Montaigne, ici le commencement du chapitre 10 du second livre des Essais, à partir de la récente édition de la Pléiade (2007) et les mêmes pages en numérique (La Page de Trismégiste).

Où l’on découvre la façon de lire de Montaigne : "...car j’ay un esprit primsautier : Ce que je ne voy de la premiere charge, je le voy moins en m’y obstinant. Je ne fay rien sans gayeté : et la continuation et contention trop ferme esblouït mon jugement, l’attriste, et le lasse. Ma veuë s’y confond, et s’y dissipe. Il faut que je la retire, et que je l’y remette à secousses".

Chapitre 44 du Livre I des Essais

Chapitre 53 du premier Livre des Essais

Chapitre 55 du premier Livre des Essais