Œuvres ouvertes

Claude Prépetit est ingénieur au bureau des mines et de l’énergie d’Haïti. Il a rédigé ce texte avant la catastrophe qui vient de se produire. On peut notamment y lire ces lignes :

"La relative quiescence sismique du dernier siècle ne doit pas nous porter à croire que notre pays n’est plus à l’abri de séismes dévastateurs. Tout simplement, les failles sismiques se trouvent temporairement bloquées, accumulant ainsi de l’énergie susceptible d’être relâchée lors de séismes à venir, impossibles d’ailleurs à situer dans le temps. En termes de prévision, nous pouvons seulement avancer que, sur la base des mesures de géodésie spatiale effectuée sur l’Ile depuis plus de cinq ans, il a été enregistré des déformations de plus de 7 mm/an le long des failles septentrionale et sud d’Haïti. Ces déformations ont été induites par un mouvement de cisaillement de l’ordre de 17 mm/an entre les côtes nord et sud. Compte tenu de la période d’accalmie sismique observée au cours de ces deux derniers siècles, cette déformation élastique aurait induit un déficit de glissement de l’ordre de deux mètres le long des deux grandes failles actives d’Haïti. Le relâchement d’une telle énergie accumulée patiemment dans les entrailles de la terre au fil des ans, pourrait donner naissance à des séismes de magnitudes supérieures à 7 sur l’échelle de Richter graduée de 1 à 8. Il s’agit de ces mêmes magnitudes qui ont eu à détruire Port-au-Prince en 1751 et 1770, puis le Cap-Haïtien en 1842. Il n’est pas improbable que les épicentres des séismes à venir soient situés dans les mêmes zones que celles observées dans le passé."

Disparition d’une traductrice et d’une femme de théâtre importante

Au dieu des bagatelles et La nuit avec Alice, lorsque Julia rôdait autour de la maison, de Botho Strauss, Christian Bourgois, 2006.

Cet article ne fut pas publié dans la Quinzaine littéraire

Traduction, fragment après fragment, des 114 "Grains de pollen", première oeuvre publiée par Novalis, dans la revue Athenäum en 1798.

« Mais le plus beau, dans ce terrier, c’est son silence »
Franz Kafka, La colonie pénitentiaire et autres récits.
Une décennie s’achève, dit-on. Il y a dix jours déjà, journaux et magazines se fendaient de listes de novations que le siècle naissant aurait enfantées à notre insu. Je dois confesser que j’ai été atterré par l’insigne pauvreté de la glanure de Libé, dans son numéro du 1er janvier. Techno truc, tic et mode, verbatim idiot, célébrité cul, machins « communicants »… De page en page s’égrenait sous (...)

Traduction, fragment après fragment, des 114 "Grains de pollen", première oeuvre publiée par Novalis, dans la revue Athenäum en 1798.

Traduction, fragment après fragment, des 114 "Grains de pollen", première oeuvre publiée par Novalis, dans la revue Athenäum en 1798.

...

Traduction, fragment après fragment, des 114 "Grains de pollen", première oeuvre publiée par Novalis, dans la revue Athenäum en 1798.

Les flammes montaient dans le ciel gris et la fumée se mêlait aux nuages blancs. Le sergent Mabitemonkouto réchauffait ses mains qu’il tenait au-dessus du feu. Il se disait que perdre ses gants par un climat pareil était fort dommage. L’emprise de l’âge commençait à affecter le fonctionnement de ses neurones. A cinquante et un ans et quelques mois, il était trop jeune. L’âge n’était donc pas une raison satisfaisante pour justifier son étourderie. Il s’entrainait pourtant. Cela faisait trois ans qu’il (...)