Œuvres ouvertes

1.
Les derniers navires étaient arrivés à l’automne. Des cargos venus des côtes les plus proches on déchargeait des containers remplis de cartons de taille et de provenance diverses. Des camions sur les quais emportaient les centaines de cartons que des employés des différentes bibliothèques de l’île supervisaient et numérotaient.
Combien de bibliothèques l’île abritait-elle ? On ne savait exactement, car il était devenu impossible de consulter des clichés pris par les satellites, le plus grand secret (...)

Qui, aujourd’hui, ne serait-ce que parmi les jeunes germanistes, lit ou a lu Stefan George ? Qui connaît même son nom parmi les étudiants de littérature allemande pour lesquels n’existent la plupart du temps, des auteurs du tournant du dix-neuvième et du vingtième siècles, que Trakl, Rilke ou Hofmannsthal, parce qu’ils sont au programme de leurs études ?

Stupeur à l’annonce du prix Nobel de littérature 2009 : on s’attendait au couronnement d’une célébrité – un des favoris étant une nouvelle fois l’Américain Philip Roth -, et ce fut, dix ans après Günter Grass et cinq ans après Elfriede Jelinek, une femme de langue allemande née en 1953, inconnue du grand public, à peine connue dans son propre pays, car elle est issue d’une minorité souabe (venue du sud de l’Allemagne) vivant en Roumanie. Les membres du comité Nobel ont donc choisi de livrer une énigme au (...)

Les éditions José Corti nous offrent, avec cette nouvelle traduction de tous les contes de Grimm, une des œuvres fondatrices de la culture allemande. Y est notamment posée la question de l’enfance en littérature, et de ce qu’il advient de cette dernière à travers le conte.

ça a l’air tout neuf mais y en a qui se souviennent